• Le retour d'un 21 avril 2002 : tout simplement impossible !

    La presse ne fait que d’en parler depuis l’investiture de Marine Le Pen à la tête du FN : elle pourrait jouer les trouble-fêtes lors du premier tour des élections présidentielles de 2012. Le CSA prévoit même des intentions de vote de 17 à 20% selon des sondages récents ! On commence à reparler d’un nouveau 21 avril 2002. Et si, au contraire, les sondages et les bien-pensant se trompaient ...

    C'est une date historique pour le Front National : le 21 avril 2002, pour la première fois de son histoire, le parti s'était hissé au second tour d'une élection présidentielle. En 2007, la crainte était encore là pour  les partis modérés... Même si deux facteurs ont permis de désengorger le potentiel frontiste. D'une part, le phénomène Ségolène Royal  :  non pas parce que la candidate socialiste était à l'époque porte-parole d'un programme béton, mais parce qu'elle incarnait, selon l'intelligentsia, un changement soi-disant important dans la politique moderne, avec l'apparition d'une femme comme possible chef d'Etat. D'autre part, la "rupture" chère à Nicolas Sarkozy . La masse s'était prise au jeu de la lutte entre deux séducteurs et Jean-Marie Le Pen n'incarnait plus la surprise (comme en 2002), l'invité de dernière minute, perdant même sa légitimité sur les questions sécuritaires. L'enjeu de 2012 se fera sur trois tableaux : la sécurité évidemment puisque c'est la principale inquiétude du peuple, le pouvoir d'achat et indirectement l'Europe (critiques constantes contre la politique monétaire de la Banque Centrale, une mésentente incessante entre les Etats de l'Union asphyxiés par la concurrence des Etats-Unis et de la Chine, etc.).

    Alors pourquoi Marine Le Pen ne peut-être présente au second tour en 2012 ?

     Ce n'est pas faute d'être médiatisée. Ce n'est pas faute d'incarner une position féminine élégante. Ce n'est pas faute de représenter une position anti-européenne, largement en vogue actuellement. Enfin, ce n'est pas faute d'être l'incarnation du regain du FN (avec 18.31% au Nord-Pas-de-Calais, lors des élections régionales de 2010). Une Marine Le Pen aussi largement victorieuse grâce à la base militante lors de l'élection pour la présidence du parti (67.55%%). Mais plusieurs obstacles semblent encore sur la route de la nouvelle leader du FN. Tout d'abord, Marine Le Pen ne sera pas la candidate de toute l'extrême droite qu'elle tente d'ailleurs d'adoucir. Un Front National qui semble se fracturer de l'intérieur avec la ligne dure... Celle qui était incarnée, par la presse, comme Minute ou Rivarol,  et par Bruno Gollnisch, l'éternel numéro 2 du parti.

    Et sur le pouvoir d'achat, le Front National ne semble pas peser sur le débat.

    La candidate du Front National se centrera donc sur ses deux thèmes phares : la sécurité et l'Europe.

    Sur la sécurité, Marine Le Pen jouera des coudes avec Nicolas Sarkozy pour représenter une droite dure.  Mais N.Sarkozy a l'avantage d'avoir les tableaux de B.Hortefeux (l'homme sécurité du président). En amenant sur le plateau du 20H de TF1 ce 20 janvier, un joli tableau montrant l'inexorable baisse de la délinquance, Brice Hortefeux a démontré par a+b les bonnes actions du gouvernement contre la délinquance. Des chiffres qui sont peu contestés par l'ensemble de la classe politique et pourtant... Les agressions sur les personnes (c'est à dire la délinquance qui inquiète majoritairement le peuple) ont encore augmenté 2% en 2010. Et, en cas de candidature de Dominique de Villepin, Marine Le Pen aura également du mal face à l'ancien premier ministre, très populaire parmi les chiraquiens.

    La gauche semble quant à elle toujours absente de ce débat...

    Sur l'Europe :

    La population peut là suivre sur son registre. Encore que la gauche devra montrer (enfin) ses crocs.  Si le candidat du Parti socialiste se nomme Martine Aubry, François Hollande ou D. Strauss-Kahn, la thématique de la protection de l'Etat sera alors ouverte pour la leader frontiste. Elle devra simplement lutter contre les nonistes de 2005 ( qui ont voté contre le traité constitutionnel européen).  Il n'est pas certain que son argumentation protectionniste séduise les français face au charisme d'autres leaders comme O.Besancenot, J-L Mélenchon, etc. Marine Le Pen n'a pas l'éloquence de son père, même si elle garde la brutalité des tirades.

    Enfin, malgré une amélioration de ses résultats lors des régionales de 2010, le score du FN est depuis plusieurs élections bien en dessous de ses espérances : seulement 4.3% lors législatives en 2007, 6.3% lors des Européennes de 2009 et 11.4 % lors des régionales de 2010.

    Les Français ne sont plus dans le contexte de 2002. Le 21 avril 2002 était un cataclysme politique, la population a voulu mettre les hommes politiques face à leurs responsabilités... Sans plus. Au deuxième tour, Jean-Marie Le Pen s'est d'ailleurs fait laminé avec seulement 17.79% des voix face à Jacques Chirac. Et puis, les Français ont conscience qu'un Front National présent au second tour fera forcément le jeu d'un des deux grands partis politiques grâce au rassemblement républicain (l'UMP soutiendra le PS ou vice-versa). Depuis 2002, la situation de la société française ne s'est pas améliorée, alors pourquoi réédité cette situation en 2012 ?

    Conclusion : malgré l'exaltation des sondeurs avec leurs chiffres, Marine Le Pen ne sera pas présente au second tour de l'élection présidentielle de 2012.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :